lundi 7 juin 2021

Solution sommeil de bébé




Le sommeil d'Andréa a été perturbé vers les 4 mois de sa soeur. Pour rappel, Andréa a 26 mois, elle a 18 mois d'écart avec Livia qui a aujourd'hui 8 mois. De mon coté j'étais très emphatique de la situation vis à vis d'Andréa, je suis dit que la pauvre avait dû se sentir délaissée suite à la naissance de sa petite soeur et que du coup je lui étais indispensable pour dormir. Je vous explique comment je me suis sortie de l'enfer de l'endormissement d'Andréa qui était devenu un vrai calvaire.


1. Comment se passaient les dodos avant la naissance de sa petite soeur :

Nous n'avions aucun souci d'endormissement, j'en avais eu vers la fin de ma troisième grossesse lorsque Andréa avait déjà presque 18 mois; je comprenais bien qu'elle avait besoin de moi et d'être rassurée, je devais donc la bercer et l'endormir contre moi. C'était hard, surtout que j'étais enceinte proche du terme. Devoir la bercer et la poser dans son lit à barreau avec mon gros bidon, je vous laisse imaginer la scène...

2. Livia est née.

Lors de la naissance de sa petite soeur, le retour à la maison à 3 c'est super bien passé, Murphy gérait les couchers d'Andréa et moi ceux de Livia. Puis après quelques temps j'ai recommencé à la coucher sans problème, notre routine était revenue. 19H15 : bibi, repas, changement de couche. Ensuite nous montions dans sa chambre vers 20H00 pour le soir, et à 13H30 pour la sieste. Gigoteuse, fermeture des volets, un bisou et dodo, je sortais de sa chambre et c'était réglé, un coucher parfait (avec parfois des jetés de doudou en dehors du lit mais rien de bien méchant, je montais une ou deux fois et c'était réglé). Andréa s'endormait généralement vers 20H30.

3. Les débuts de l'enfer du coucher.

Une fois que Livia a fait ses nuits, elle a commencé à dormir dans sa chambre à l'étage - je n'ai en effet pas précisé que Livia dormait avec nous jusque là - et c'est à ce moment précis que les ennuis ont commencé. Je précise que je n'avais rien changé à son rituel du dodo, mais du jour au lendemain, elle s'est mise à hurler. Je devais rester devant sa porte pour attendre qu'elle s'endorme, et cela pouvait durer 30 minutes à 01h15 à attendre son endormissement devant la porte (heureusement mon portable était mon meilleur allié durant cette période). Et puis, du jour au lendemain, il a fallu que je reste dans sa chambre assise à attendre qu'elle s'endorme, sans rien faire d'autre que d'attendre... J'étais devenue esclave d'Andréa. Tel un pantin elle faisait ce qu'elle voulait de moi, et alors là j'en ai passé du temps - jusqu'a 02H parfois - à attendre jusqu'à ce qu'elle s'endorme. J'étais littéralement démunie, impuissante face à ses hurlements de fous qui nous défonçaient les tympans, et j'étais surtout tétanisée à l'idée qu'elle puisse réveiller Livia.

Cela a duré quasiment 2 mois. Beaucoup de monde sur les réseaux sociaux me disaient que c'était certainement la peur de l'abandon, une régression du fait de la venue de sa petite soeur (autant de choses qui en effet me traversaient l'esprit). Néanmoins, j'étais aussi sûre d'une chose, c'est qu'Andréa était maligne et me menait un peu (beaucoup) par le bout du nez. 

Le changement de comportement d'Andréa s'est donc expliqué par plusieurs facteurs. Livia faisait ses nuits et Andréa avait capté que je berçais sa soeur pour l'endormir (ce qui n'est plus le cas aujourd'hui). J'ai aussi connu quelques chamboulements personnels, et avec l'accumulation, Andréa - qui très proche de moi - l'a senti.

Je suis devenue ambivalente. What? Oui je n'étais pas sûre de moi, peur qu'Andréa de par ses hurlements de colère (et non pas de peur) réveille sa soeur. J'étais à bout nerveusement, et j'ai donc fait appel à Audrey du Centre Périnatal Happy Mum&Baby pour qu'elle puisse m'aider. Audrey c'est avant tout une belle rencontre des réseaux sociaux, mais aussi une professionnelle en qui j'ai confiance et qui a toujours été là pour moi.

On a donc fait un bilan de notre organisation, aux siestes et le soir (ce que je vous ai raconté plus haut) et elle m'a édité un plan d'action personnalisé.


Son plan d'action N'EST PAS VALABLE POUR TOUS (je tiens à le préciser) : il s'agit d'un plan d'action définit ensemble, selon notre rythme de vie avec nos 3 enfants et Murphy.


Nous avons donc revu les horaires pour la sieste : 12H45 - 13H00. Et désormais je couche Andréa avant Livia (je faisais l'inverse avant). 

Pour le soir, Livia est couchée à 19H15, nous mangeons vers 18h45-19H00, ensuite vers 19H30-19H45 nous couchons Andréa, TOUJOURS EN EXPLIQUANT LE RITUEL ET LES ETAPES QUE NOUS ALLONS FAIRE : j'utilisais un visuel que j'avais mis sur le frigo (des images avec les actions que l'on va faire avant d'aller au dodo), puis direction lavage des mains, couche, dents, nous montons dans la chambre gigoteuse, et nous avons inclus des livres pour passer du temps ensemble. A l'avant dernière histoire (je vous rassure ce ne sont pas des livres de 30 pages hein), je lui précise toujours que c'est le dernier et qu'ensuite elle va au lit. Un câlin, bisous et dodo.

Je n'ai pas non plus précisé qu'Andréa, qui auparavant prenait sons biberon seule, me demandait désormais de lui donner (régression que je mettais encore une fois sur le dos de "la pauvre Andréa, ce n'est pas facile de céder sa place de petite dernière").

J'ai donc appliqué le plan d'action, en verbalisant et en montrant à Andréa avec les visuels les étapes du dodo, et du jour au lendemain nous avons donc tout changé.

Le 1er jour, elle a pris son bibi seule (victoire pour moi, je lui ai expliqué qu'elle était capable de prendre son bibi seule), puis le reste du rituel PARFAIT, puis est venu le moment tant redouté : la sortie de la chambre. J'ai donc été ferme et claire avec Andréa : "maman sort de la chambre et elle ne revient pas". Ce fut une colère de fous, hurlements tel un enfant possédé, je l'observais au baby-home (l'avantage de la camera - vous voyez les expressions de visage de votre enfant). Clairement c'était des hurlements de colère (pas de peur). J'ai donc attendu la boule au ventre qu'elle ne réveille pas Livia (la raison pour laquelle les crises ont commencé et perduré avec Andréa, car elle sentait que je doutais sur le coucher). Bref, ce fut long, pas facile, elle avait également jeté son doudou, et au bout de 5 minutes je suis monté lui redonner son doudou... rebelote au moment de la sortie de la chambre, des cris, jet de doudou... j'ai attendu en guettant mes deux baby-phones : Livia ne bougeait pas, imperturbable. Andréa a donc hurlé quasi 10 minutes, et s'est finalement allongée dans son lit. J'ai donc attendu qu'elle soit calme pour remonter lui donner son doudou, et je lui ai dit que ce serait la dernière fois que je montais et que je ne remonterais pas lui redonner son doudou. Je suis partie et là elle m'a dit : "Bon sieste Moman" et s'est endormi en 5 minutes. C'était ouf, les 3 jours suivants ce fût pareil à quelques choses près.

Bref, aujourd'hui elle tente de rajouter des rituels, mais je stoppe et lui explique comment se passe le dodo, et ça roule comme sur des roulettes, un vrai bonheur. Je sors de la chambre avec son petit rituel "bon sieste Moman" quand je ferme la porte (trop mignon).

Sans cette prise de conscience, de mon ambivalence, avec Audrey qui tient un Centre Périnatal, je serais encore à l'heure où j'écris cet article enfermée dans la chambre d'Andréa à attendre qu'elle soit profondément endormie. Maintenant c'est fini ;)

Alors clairement, n'hésitez pas si vous rencontrez des problèmes de sommeil avec vos bébés à vous faire entourer de professionnels, bien formé.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire