mardi 17 octobre 2017

TEMOIGNAGE : La longue attente pour devenir mère !



Aujourd’hui, je vous partage l’aventure d’une maman qui partage avec nous son aventure dans le parcours d’une femme pour devenir mère, certaines d’entre vous s’y retrouverons certainement ! Dame nature, n’est pas toujours sympa avec nous, mais il faut se battre ! Voici donc un exemple à prendre et je vous laisse prendre connaissance d'un extrait de sa lettre pour son ou ses futurs enfants... Son témoignages est poignant !







« Je ne sais pas encore comment tu vas t'appeler, je mets d'ailleurs peut-être la charrue avant les bœufs, puisque tu n'es pas là ; et pas même dans mon ventre. Mais c'est pour toi, futur mini-moi que j'écris ces quelques lignes.

Je suis un peu maladroite dans ma façon d'écrire car je ne suis pas une romancière mais j'avais envie d'écrire noir sur blanc à quel point tu es désiré et à quel point ce parcours est difficile à vivre pour que tu comprennes à quel point tu seras la prunelle de mes yeux (de nos yeux) ou plutôt la septième merveille du monde à moi et a ton père. Nous souffrons tous les deux que tu ne sois pas encore parmi nous. Le temps me paraît tellement long. Voilà bientôt six ans que nous asseyons de te concevoir.

Nous avons tous les deux trente-deux ans et depuis un an une magnifique maison que nous avons achetée, avec une chambre pour t'accueillir.

C'est en février 2009 que j'arrête de prendre la pilule. Nous sommes vraiment zen et nous ne nous prenons pas la tête. Même si j'espérais que ta venue soit rapide, j'étais consciente que pour certaines personnes ça pouvait arriver très rapidement et pour d'autres prendre plus de temps. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai toujours su que ça serait long, même si je n'ai jamais imaginé que cela prendrait six ans. Je n'imaginais pas non plus que ce serait un tel combat et je ne croyais pas non plus devoir passer par tant d'épreuves, tant d'espoirs suivi de désespoir et de déceptions, ni devoir passer par tant d'examens et encore moins avoir recours à l'AMP (Aide Médicale à la Procréation ou PMA Procréation Médicalement Assistée) .... PMA AMP trois lettres qui étaient inconnu pour moi avant la fin de l'année 2010 ! Je connais maintenant plein d'abréviations IIU, PDS, IAC, FIV, FIV ICSI, TEC, FIV ICSI DO et tant d'autres.


J'ai des cycles très irréguliers qui vont de 21et un a 39 jours, d'ailleurs la toute première fois que mon cycle a été de 39 jours j'ai bien cru qu'enfin j'étais enceinte et j'ai donc fait un "test-pipi" qui s’est avéré négatif et qui ont fait venir mes règles ! Bon depuis j'ai fait exploser tous les records car j'ai eu un cycle de 66 jours.

Je suis traitée depuis 2007 pour la thyroïde (hypothyroïdie) c'est "soi-disant" une chose qui fait que c'est plus difficile à te concevoir, tout comme mon utérus qui est antéversé, tout comme le tabac et tant d'autres choses avec cette vie polluée. Nous avons donc arrêté de fumer en novembre 2010 ce qui fut bien plus facile que ce que j'avais pu imaginer. Et malgré cela, quatre ans après, mon ventre est encore vide.

Juin 2010, mon gynécologue du moment me fait simplement faire un bilan gynécologique des ovaires soit une échographie. Qui n'est pas la première puisqu'en novembre 2008 j'ai eu un trouble des règles (1er très long cycle) mes règles ne venaient pas malgré la pilule le bilan fut normal ainsi qu'en juin 2010 la conclusion est RAS. Mon gynécologue me prescrit donc des cachets à prendre à des jours précis de mon cycle pour stimuler l'ovulation (Clomid 25 : juin août octobre et décembre 2010). Et rien. Pas de grossesse.
Il prescrit donc à Mr « V » son premier spermogramme qu'il fait en février 2011 dont les résultats sont tout aussi positifs que les miens (vitalité des spermatozoïdes estimée à 85%, numération et mobilité normale, térazoospermie modérée). Qu'est-ce que c'est que ce nom barbare térazoospermie ? Et bien il y a 70% de spermatozoïdes atypiques (= mal formés), soit seulement 30% de bons ! Sachant que d'un jour à l'autre ou d'un mois à l'autre et suivant l'alimentation, la fatigue etc ... Tout peut changer. Pour moi 30% ça me paraissait être vraiment peu, mais finalement 30% de quatre-vingt-quatorze millions de spermatozoïdes c'est énorme surtout quand on sait qu'il en suffit d'un. Voilà pourquoi mon gynécologue dit que les résultats sont normaux. Donc puisque mes ovaires sont normaux et que les spermatozoïdes de Mr « V » sont normaux ont va maintenant vérifier si mes trompes sont bouchées ou non en effectuant une hystérosalpingographie. Je peux t'assurer que cet examen est aussi douloureux que son nom peut le laisser supposer. Soi-disant que ça dépend des femmes, je pense pourtant que je ne suis pas douillette, de plus j'entends dire que souvent les femmes tombent enceinte suite à cet examen qui fait souvent officie de déboucher les trompes. Bon, je me suis cramponnée à la table du bloc tellement la douleur a été vive et intense, mais à heureusement durée qu'une heure ou deux. Bref, c'est donc la diffusion d'un produit par voie basse qui se diffuse dans les trompes ce qui permet de faire quelque clichés radio-numérisé. En conclusion : tout est normal. Pas de trompes bouchées donc rien à déboucher.

Nous sommes donc en février 2011 soit à deux ans d'essai bébé et suite à ces trois examens "normaux" mon gynécologue nous dirige donc, vers le seul cabinet des PO spécialisé dans les problèmes de fertilité !

C'est ici que démarre le vrai combat. Les délais d'attente sont importants lorsque j'appelle le cabinet de gynécologie je ne choisis donc pas mon futur-gynécologue mais je prends rendez-vous avec le premier des cinq qui est disponible
Donc si mes souvenirs sont bons j'obtiens un rendez-vous en été 2011. Mon dossier est encore trop mince pour envisager quoi que ce soit donc Mr « D »  et moi commençons une batterie d'examens.
En octobre Mr « V » fait un nouveau spermogramme (plus poussé) en vue d'une insémination. A ce moment-là je pensais que c'était la même chose qu'une FIV, mais pas du tout.
Donc pour pouvoir faire la ou les insémination(s) nous faisons une demande de 100% auprès de la sécurité sociale pour une prise en charge totale avec comme intitulé à cette demande "stérilité inexpliqué", quand c'est écrit noir sur blanc, ben ça fait mal.
Ça veut dire que dr L ne peux expliquer pourquoi nous sommes "stérile" depuis presque quatre ans. 100% accordé. Et en même temps notre dossier passe en commission. C'est effectivement des inconnus (équipe médicale) qui décident si oui ou non nous auront droit aux inséminations.
Par chance tout est ok.
Suite du combat, stimulé par piqure Gonal f 25 puis 37,5 : c'est en février 2013 que nous faisons notre première IIU (Insémination Intra Utérine) c'est appelé IAC dans d'autres centres (Insémination Artificielle avec sperme du Conjoint). C'est à dire que mon cycle est suivi par PDS et échographies régulières et qu'au moment de l'ovulation on m'insémine les spermatozoïdes de Mr «  V » qui ont été triés au laboratoire. Je suis sûre que cela va fonctionner toutes les chances sont réunies : Malheureusement aucune grossesse et nous avons pourtant fait les six inséminations soit en février mars avril mai juin et juillet 2013. Les chances d'obtenir une grossesse en IIU sont de 12%. Je suis sur les rotules, je suis fatigué !

Notre dossier repasse en commission, nous passons à l'étape suivante, celle de la FIV.
J'en veux à la terre entière pourquoi tout cela m'arrive à moi. Qu'ai-je fait pour mériter ça ?
J'ai eu recours à des médecines douce en parallèle (ostéopathe, phytothérapie, kinésiologue, homéopathie, magnétisme), j'ai également consulté des tarologues. De tout cela, il n'y a que la kinésiologie qui m'a fait du bien et qui m'a permis de me remettre en question et d'essayer de relativiser.

Première Fécondation In Vitro sur le cycle de novembre/décembre 2013 (Gonal f 125). Les chances d'obtenir une grossesse sont de 25%..Comme pour les IIU je suis stimulée en espérant multiples follicules qui seront ponctionnés sous AG (encore une abréviation qui veux dire Anesthésie Générale), les ovocytes ponctionnés sont mis en contact avec les spermatozoïdes deMr « V » pour (espérons-le) former des embryons qui me seront ensuite transférés. Enfin, ça c'est dans la logique car ça ne va pas du tout se passer comme ça pour moi. Pour cette FIV j'ai eu droit à une prescription d'infirmière à mon domicile ouf !
Ma ponction a lieu début décembre je m'imaginais déjà annonçant une grossesse à toute ma famille a Noël. Au lieu de ça, première douche froide car il y a eu que deux ovocytes ponctionnés alors que nous en attendions dix ou onze vus à l'échographie quelques jours avant. Les infirmières du bloc ou celles de la salle de réveil me rassurent en me disant qu'il en suffit d’un !
Suspicion du syndrome des ovaire polykystiques puisque les follicules vus lors de la dernière échographie étaient en fait des kystes rempli d'eau. 
Sur les deux ovocytes un seul embryon c'est formé. Trois jours après j'apprends que la division cellulaire n'est pas bonne et que mon embryon a bloqué. Pour cette première FIV je n'ai même pas eu de transfert. Quelle injustice (encore) et faire subir tout ça à mon corps pour rien. Et une fois de plus, tout à recommencer ! Mais il faut laisser deux cycles naturels de repos à mon corps.

Première FIV bis sur le cycle de février/mars 2014 (Gonal f 200), le protocole est le même, ma ponction a lieu fin février (je revois cette gentille infirmière au bloc, avec ces yeux magnifiques au-dessus de son masque, tellement gentille et positive, elle s'intéresse à moi et avons un dialogue sympa, je ne me souviens pas de son prénom, mais je ne l'oublierai jamais car elle a été d'un grand réconfort pour moi quand, au bloc, le niveau de stress est au maximum) et cette fois-ci nous obtenons cinq ovocytes. Je suis soulagée. Et positive. Mais seulement deux embryons se sont formés et aucun n'a atteint le stade de blastocyte (= J5) donc pour la deuxième fois aucun transfert. Et tout à recommencer.
Pourquoi la vie s'acharne t'elle ainsi ?

Première FIV ter sur le cycle de juin/juillet 2014 (Ménopur 300), tous mes espoirs sont réunis dans celle-ci car j'ai changé de gynécologue c'est dorénavant dr V qui me suis, j'ai changé de protocole (protocole long), et j'ai changé de traitement de stimulation et bien sur les dosages sont encore augmentés et de plus c'est une FIV ICSI (Fécondation In Vitro Injection intra-Cytoplasmique) ce qui veux dire que le spermatozoïde est injecté directement dans l'ovocyte ponctionné. Les chances d'obtenir une grossesse sont d'un peu plus de 25%. Ce cycle a été long j'ai eu un mois entier de piqures (blocage et stimulation). Ma ponction a lieu début juillet et il y a neuf ovocytes (ce traitement à l'air de me convenir, c'est vraiment de mieux en mieux). Sur les neuf, seulement sept ont pu être micro-injectés. Qui ont formés cinq embryons. J'ai l'impression qu'on en perd chaque jour. Puis j'ai appris le jour de ma ponction que mes embryons ne seraient pas transférés cette fois-ci, mais congelés (ou vitrifiés je sais pas comment on dit) car mon taux de "je sais plus quoi" est trop élevé et donc mon corps a déjà passé le stade de l'ovulation et peut-être même de la nidation donc mon corps n'est pas apte à accueillir les embryons.
Certes tout n'est pas perdu, mais je vois les mois et les années défiler et c'est comme un coup de massue de devoir attendre deux mois pour pouvoir avoir enfin LE transfert de ma troisième « première » FIV. Mais le pire reste à venir, car tu ne seras pas né de cette FIV la, non plus. Aucun de mes embryons n'a atteint le stade de blastocyte donc pas de congélation non plus. Et une fois de plus, tout est à refaire. Je suis épuisée (physiquement et moralement) je me sens seule.

C'est pour notre quatrième anniversaire de mariage que dr V nous dit ne plus pouvoir rien faire pour nous. Mes ovocytes sont de mauvaise qualité (suppose t'il) et il faut maintenant nous tourner vers le don d'ovocytes. Les chances d'obtenir une grossesse sont de 45 à 50% et un transfert de deux embryons est envisagé ce qui n'était pas le cas avec la FIV ou FIV ICSI.

La suite est donc la FIV ICSI DO (FIV ICSI déjà expliqué et DO pour don d'ovocytes). Mon enfant, tu n'auras donc pas le même patrimoine génétique que moi, mais je m'en fiche puisque j'ai tout de même la chance de pouvoir te porter. Enfin, ça c'est au bout de quelques jours. Il a fallu accepter et digérer cette nouvelle. La nouvelle étape du combat.
Au revoir AMP de Perpignan; Montpellier et Gérone me voilà...
J'aimerai tant déjà être à la mi-février.

Il faut que tu sache que le système français est très mal fait, j'ai été m'inscrire a l'hôpital ADV (Arnaud de Villeneuve) à Montpellier. L'accueil fut presqu'aussi froid et expéditif qu'à Perpignan. Le don est quasiment impossible si je n'ai pas de donneuse. Et si j'emmène une donneuse, qui ne donne pas pour moi, mais pour me faire gagner du temps, et bien c'est un délai d'attente de dix-huit mois. Autant dire une éternité quand on t'attend déjà depuis environ six ans. C'est ce qui a été le plus difficile pour moi d'imaginer devoir attendre deux ans de plus (le temps de créer dossier et faire les examens etc....). Il faudra que je te parle de deux femmes merveilleuses, Déborah et Audrey, ces deux femmes vont faire un don extraordinaire, je te raconte plus tard.
Les gynécologues me parlent de l'Espagne. Mais les premiers devis que j'ai fait étaient de 7200€. Autant dire impossible puisqu'on vient d'acheter une maison.
Par chance, ma famille nous paye le don d'ovocytes en Espagne, pour pas que nous soyons malheureux (ton père et moi) deux ans de plus. Notre choix final se porte sur la clinique Girexx a Gérone, car Gérone est a une heure de chez nous, parce-que cette clinique ne partage pas les ovocytes d'une donneuse pour deux couples receveurs, parce-que cette clinique est un peu moins chère (5300€) et enfin parce-que Girexx a bonne réputation.
La clinique Girexx nous change vraiment de le France, il y a une super équipe médicale qui est à notre écoute, toujours prête à répondre à nos question et disponible.

Première FIV ICSI DO (clinique Girexx Gérone) janvier/février 2015 :

Vendredi 30/01/2015 : ça y est, le grand jour est arrivé. C'est a neuf heures quinze que nous prenons la route pour la clinique où nous avons rendez-vous à onze heure. Nous sommes très bien accueillis comme à chaque fois, nous sommes rapidement invités à attendre le gynécologue Dr R dans son bureau. Quand celui-ci arrive, ma vessie est déjà prête à exploser. Il nous dit brièvement le nombre d'ovocytes et nous invite à s'installer dans la pièce à côté. Et là, c'est un moment magique que nous allons vivre : tout d'abord nous voyons nos embryons en photo (ils ont trois jours et sont de très bonne qualité un est de huit cellules et l'autre déjà à neuf) et à l'écran nous pouvons voir le transfert car c'est guidé par l'échographie (d'où la vessie pleine). Puis je reste allonger vingt minutes c'est un véritable supplice tellement j'ai envie d'uriner, mais je tiens bon. J'ai failli verser une larme quand le gynécologue nous montre la photo des embryons avant et puis après. Avec ces photos imprimées ça fais tellement concret, tellement réel comme une première échographie de grossesse !
Je suis heureuse, ils sont en moi, mes bébés !
Notre donneuse d'ovocytes est une femme déjà maman de 23 ans elle est AB- et est châtain aux yeux verts. Dans cette clinique elle a déjà donné des ovocytes et la précédente receveuse a eu une grossesse. Tout cela est très positif et très encourageant. Le mardi 27/01/2015 lors de sa ponction il y a eu douze ovocytes qui ont tous été micro-injectés (ICSI) et qui ont formé sept embryons, deux non-évolutifs, deux de très bonne qualité m'ont été transférés vendredi 30 et trois sont congelés. Le 11/02/2015 je pourrais faire LA prise de sang.
Mes bébés, tenez bon. Je me ménage pour que vous vous sentiez bien en moi.

Samedi 31/01/2015 : repos total : canapé télé sieste ...

Mardi 10/02/2015 : demain je dois faire ma première prise de sang pour savoir si c'est positif. Je n'ai pas pu tenir et au réveil je n'ai pas été aux toilettes, j'ai enfilé mes vêtements de la veille, j'ai regardé ma tête devant le miroir et c'est sans même me brosser les dents que j'ai été à la pharmacie acheter un test urinaire de grossesse. Je fais pipi dessus et un - apparaît puis la fenêtre de contrôle se colore et enfin la barre verticale pour former un + .
C'est POSITIF !!!!!!!!!!!
Il aura fallu six loooooooooooooooooooongues années pour obtenir enfin un test de grossesse positif. Je pleure, mais pour une fois c'est de joie... Je suis euphorique et j'ai du mal à réaliser !
Je n’arrête pas de retourner regarder ce test de grossesse pour regarder mon magnifique +
Je suis impatiente d'être à demain pour en avoir confirmation à la PDS. Et de connaître le taux pour avoir une idée du nombre que vous êtes dans mon ventre....

Mercredi 11/02/2015 : j'ai fait ma prise de sang a 9h30, petit souci informatique j'ai eu les résultats seulement après 17h30. Test de grossesse positif 303 ui/L. J'ai pleurée de joie pendant au moins deux heures.
Quand j'ai appelé ma mère pour lui annoncer la bonne nouvelle, j'avais préparé l'annonce :
Elle : allo
Moi : allo mamie
Elle : non, c'est maman
Moi : non non, c'est mamie !!
Elle : ce n’est pas, c'est vrai ? OOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Je me suis remise à pleurer !
Mon frère, à tout compris et il m'a dit "je suis trop content" !
Je suis euphorique, je suis sur un petit nuage, je suis heureuse...

Jeudi 12/02/2015 : après ma douche, je me suis dit, je suis enceinte et j'ai refondue en larmes. Je suis tellement contente. Et déjà impatiente d'être à demain pour faire la seconde prise de sang.
Le rendez-vous avec une gynécologue de l'hôpital est également pris : Dr F le 27/02/2015 a 8h40.

Vendredi 13/02/2015 : deuxième prise de sang, le taux aurais dû doubler en 48h, il a carrément triplé ! Youhouuuuuuuu : 968ui/L. 


Mon bébé est née le 13/10/2015 à 17h53 et pesait 3,565kg pour 49cm par césarienne : quel bonheur !

Jeudi 11/08/2016 : TEV (transfert embryons vitrifiés).

PDS positives presque même taux que pour Bébé 1
À chaque grossesse saignements et décollement du placenta.

Bébé 2 est né le 08/05/2017 à 18h59 et pesait 3,810kg pour 49cm.

Une fille un garçon le choix du roi bonheur x2 ! »


Une maman anonyme, que je remercie pour ce jolie témoignage... 



1 commentaire: