mercredi 11 octobre 2017

L'allaitement, ne jamais culpabiliser...


L’allaitement, j’ai voulu m’engager dans cette belle aventure, si tu me suis sur mon blog tu as dû voir que j’ai eu un accouchement plus que compliqué avec des séquelles plutôt contraignantes ! et a travers cet article, j'ai envie de vous dire qu'il ne faut jamais culpabiliser.

Durant toute ma grossesse, Mr « D » et moi-même nous en avions parlé, je voulais essayer d’allaiter et il était pour aussi… Donc c’était sûr pour moi, j’allais allaiter ma Chouchou. Malheureusement il en fut autrement et je t’explique pourquoi ?

 

 





Je ne vais pas te reparler de mon accouchement car il y a déjà un pavé là-dessus ici et la ! 


A la naissance de ma Chouchou j’ai donné la tété de bienvenue dans la salle d’accouchement, c’était notre premier moment de fusion entre maman et bébé ! L'allaitement commençais, pour mon plus grand bonheur ! Car c'était une envie bien réfléchi durant toute la grossesse.


Quand je suis arrivé au service de suite de couche difficile, j’étais incapable de m’occuper de ma fille et encore moins capable de me lever seule ! Et au vu de son infection Chouchou fut emmenée au service Koala (service intermédiaire avant le néonatal) et la pas le choix les auxiliaires de puéricultures lui ont donné un biberon, enfin le papa lui a donné le premier biberon car j’ai (heureusement) insisté pour qu’il la suive dans le service néonatal et j’ai bien fait, sinon son premier biberon aurait été donné par une inconnu !!! Même pas il nous l’avait proposé lorsqu’elles étaient venues me la chercher dans ma chambre !!! Déjà, niveau communication c’est plutôt moyen ! Et je n’étais pas franchement ravie !

Puis le lendemain, la jeune maman que j’étais, a fait un malaise dans la douche, baisse de tension à 8, et je t'épargne les détails des circonstances ! Du coup, prise de sang et verdict ; je suis anémié ! Obligé de me mettre sous perfusion et sous contrôle de tension pendant 2 heures pour info à ce moment-là Il est environ 11h00 ! Monsieur « D » arrive, je lui dit d’aller voir notre bébé au service KOALA, chose qu’il fait ! Puis il revient me voir, et me dit que je ne pourrais pas voir la petite avant 16h00 car elle doit subir des examens ! (Je comprends donc que l’allaitement commence mal !) Une auxiliaire de puériculture passe me voir et m’explique que je peux tirer mon lait, elle me montre comment faire ! 

Puis ma Chouchou entre dans ma chambre, le peau à peau est de rigueur, elle m’a tellement manqué ! et puis le moment de la mise au sein arrive, c’est plutôt laborieux mais je m’en sort du mieux que je peux… durant 3 nuits je n’ai pas eu ma poupée avec moi, elle devait resté en service KOALA, pour surveillance, elle fut donc biberonné et allaité (enfin du mieux que je pouvais !)

Les séances d’allaitement était difficile, j’étais très fatigué, inconfortable (pas pour la tété, mais vis-à-vis de mon fessier !) et demoiselle Chouchou me prenais pour une tétine géante ! Les moments de tété était de plus en plus difficile, je n’y arrivais pas ! Et puis je me suis mise à en parler à une sage-femme et une auxiliaire de puériculture qui étaient adorables et qui me comprenais au vue de mon parcours, qu’avec cette fatigue et cette anémie je ne sois pas en mesure d’assumer cet allaitement ! Elles m’ont conseillé d’y réfléchir et que je prendrai ma décision le lendemain matin.

Le lendemain, après avoir parlé avec Mr « D » je me suis redonné une dernière journée pour tenter l’allaitement… Cette journée ne fut malheureusement pas concluante, j’étais exténué, épuisé, fatigué, j’étais incapable ou plutôt je n’avais pas la force nécessaire pour continuer l’allaitement.

Le soir même, une auxiliaire de puériculture passe dans ma chambre, avant de ramener ma chouchou au service KOALA,  afin de parler de mon choix, celui de vouloir arrêter l’allaitement car mon anémie, me fatiguais et mes séquelles des suites de l'accouchement  ne pouvait pas faire bon ménage avec l’allaitement… Eh bien tu veux savoir ce qu’elle m’a répondu : "Vous êtes sur ? ça ira mieux, demain, je reviens avec votre fille et on ressaiera la mise au sein !!!"

Youhooouuuuuu….. Tu m’as écouté durant les 10 minutes ou je t’ai expliqué en étant en larme que je n’allais pas bien, que je n’y arriverai pas ! et que je voulais passer au biberon… Bordel, mais là, niveau « CUL-PA-BI-LI-SA-TION » elle était au top cette auxiliaire de puériculture ! Elle est repartie avec en tête l’idée que je continuerai l’allaitement le lendemain. Et moi j’ai pleuré toute les larmes de mon corps avec un mari qui tentai de me réconforter du mieux qu’il pouvait, mais rien n'y faisais, je n'arrivais pas à me consoler !

Le lendemain matin, Mr « D » arriva à ma chambre puis alla chercher chouchou au service KOALA, ou il rencontra l’auxiliaire de puériculture de la veille, elle fut étonnée et déçu de mon choix de mon arrêt de l’allaitement… et là, Je remercie mon mari pour ce qu’il lui a dit : « Elle a été contrainte d’arrêter car dans son état avec une deuxième perfusion de vénofère elle n’est pas en mesure d’allaiter ! » Elle fut choquée, non pas de l’arrêt mais du fait que je devais recevoir une deuxième perfusion !!! 
Ben oui, ma petite dame si seulement vous lisiez les comptes rendus d’accouchement hein ! ben je n’aurai pas dramatisé mon incapacité à allaiter… Car en effet Madame l’auxiliaire de puériculture PRO ALLAITEMENT, j’étais KO technique après l’accouchement et ce n’est pas l’envie qui me manquais pour poursuivre mon allaitement, mais belle et bien mon corps qui ne pouvais plus suivre !


Bref, tous cela pour dire qu’elle m’a fait culpabiliser, pleurer, me mettre mal, déjà que je n’étais pas au top de ma forme mais alors là !!! Bref, je n’ai pas poursuivie l’allaitement, mais je tenterai de le faire pour mon prochain enfant, c'est une certitude !
 

Et toi qu’elle était ton choix ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire